Skip to content

Souvenirs délicieux du Mexique

mexique1

Après quelques semaines de relâche, je suis de retour! Mais où était passée Julie la nutri? Une petite escapade au Mexique a pimenté mon été. En plus d’avoir la chance d’assister au mariage d’une amie à San Luis Potosi, mon conjoint et moi en avons profité pour visiter le centre du pays. Au programme : Mexico, montagnes, cactus, jungle et villa au bord de la mer, le tout en excellente compagnie! Au retour, en regardant les photos, j’ai eu droit au commentaire suivant : « Coudonc chérie, on a juste des photos de bouffe! » Oups…

Juste pour vous, voici mon top souvenirs gustatifs du Mexique, clichés à l’appui.

Les authentiques tortillas de maïs

Pour la plupart des Mexicains, les tortillas sont absolument essentielles. Trois fois par jour, minimum. On ne parle pas ici de la tortilla telle que nous la retrouvons dans la plupart des épiceries nord-américaines : blanche ou brune, à base de farine de blé, souple et élastique, emballée dans un sac de plastique et souvent très salée.

Les tortillas mexicaines sont plus petites, jaunâtres, légèrement friables et ont le bon goût très caractéristique de la farine de maïs (bien qu’il existe également une variété de tortillas à base de farine de blé). Ce qui m’a le plus étonnée en matière de tortillas, c’est leur diversité. Malgré la simplicité d’un tel produit, elles étaient toujours différentes : épaisseur, couleur, grandeur, texture, léger goût grillé et parfois même fumé….Il y en avait même des bleues!

Des tonnes de tacos

Les tacos au Mexique, c’est comme les hot-dogs et la poutine au Québec. Imaginez le casse-croûte du coin, puis multipliez par des millions. On parle de beaucoup de tacos…Des stands à tacos, il y en a partout. Et des variétés de tacos, il y en a des tonnes. Un taco, c’est un concentré de saveurs qui tient dans le creux d’une main : une tortilla (ou deux, pour bien retenir le stock) + de la viande grillée bien grasse + des garnitures punchées (piments, oignons marinés, coriandre, guacamole, salsas diverses, fromage, ananas, etc.). On a toujours de la place pour un p’tit taco!

La bouffe de rue

En plus des innombrables vendeurs de tacos, il faut ajouter tous les autres petits kiosques ambulants qui vendent des trucs à manger : fruits, jus, elote (épis de maïs), enchiladas, quesedillas, tortas, blablabla. Il y a toujours une odeur appétissante qui nous monte aux narines, et le moindre coin de rue est un prétexte pour grignoter quelque chose. Par contre, avec mon espagnol inexistant, gros défi de commander auprès des cuisiniers pressés! Mon meilleur souvenir de bouffe de rue : au village de Xochimilco, une jeune fille a cuisiné sous nos yeux des drôles de tortillas bleues, pointues et farcies d’une pâte de haricots. J’ai bien sûr oublié le nom de ce snack, mais c’était délicieux!

mexique2

Les nopales

Il faut admettre que le Mexique n’est pas vraiment le royaume du légume…Il y a toute une panoplie de piments forts, mais à moins d’avoir un estomac d’acier, difficile d’en faire une salade. Heureusement, il y a le cactus! Même si manger du cactus est une expérience exotique pour nous, rien de plus banal pour les Mexicains. Il s’agit d’un aliment de base qui se retrouve partout au pays. Les feuilles, appelées nopales, sont la plupart du temps cuites et leur goût ressemble au haricot vert et à l’okra (en moins visqueux). Garnitures très fréquentes sur les tacos (eh oui!), elles peuvent être cuisinées de multiples façons. La maman du marié nous a concocté une délicieuse omelette aux nopales pour déjeuner. Gracias Anita!

Des montagnes de guacamole

Au Mexique, les avocats, c’est du sérieux. Mûrs à point, d’un beau vert tendre, bien gras comme on les aime. Le rêve pour faire d’incroyables guacamoles, tantôt chunky, tantôt plus liquides, mais toujours parfaitement assaisonnés et crémeux à souhait. Côté déco, la tranche d’avocat est souvent ajoutée en guise de finition, un peu comme notre bonne vieille feuille de persil. C’est bien beau, mais c’est surtout vraiment bon!

Des millions de limettes

Pour l’amatrice d’agrumes que je suis, le Mexique est le paradis de la lime. Rien à voir avec les grosses limes sèches qu’on retrouve malheureusement trop souvent dans nos marchés. Des milliers de petites bombes vertes et juteuses, hyper parfumées et juste bien acides. Tout comme la tranche d’avocat, le quartier de limette est un incontournable dans l’assiette du Mexicain. Inutile de vous dire qu’elles font également un malheur dans les margaritas, téquilas et autres cocktails. Une découverte toute simple : des tranches de fruits bien mûrs (papaye et mangue) avec un splash de jus de lime fraîchement pressé. Et un peu de poudre de piment, pourquoi pas?

Pour ajouter du piquant

Dans le domaine du condiment, on peut toujours compter sur les salsas bien relevées. Dans la moindre gargote de rue, les petites bouteilles de sauce piquante sont toujours là, fidèles au poste. Dans les « vrais » restos, les salsas sont souvent faites maison avec des tomates, oignons, piments, tomatillos, etc. Souvent piquantes (juste assez!), parfois fumées, quelques fois légèrement sucrées, toujours colorées. Le summum de la salsa : quand le cuisinier concocte devant toi ta salsa personnalisée en concassant des légumes grillés dans son mortier.

Parce que du fromage, c’est toujours bon

Les petites miettes blanches saupoudrées un peu partout, c’est le fameux queso fresco. À mi-chemin entre le feta et la ricotta, ce fromage frais un peu granuleux au goût très doux et légèrement salé rehausse à merveille tous les plats sur lesquels il atterrit. Dommage qu’il soit si difficile à dénicher au Québec…

Une gâterie de dépanneur

Au dépanneur d’une halte routière, un ami a attiré mon attention sur ces petits paquets emballés dans du papier rouge, ressemblant à n’importe quel bonbon chimique qui traîne à côté de la caisse depuis 1000 ans. « Eille, regarde, ce sont des caramels au lait de chèvre…» Chèvre et caramel, hum, intéressant…Wow, quelle révélation! Un beau gros caramel bien mou au goût décadent de dulce de leche, avec un p’tit arrière-goût de fromage chèvre et du crunchy grâce à l’ajout de noix concassés.

En rafales

Quelques plats délicieux dégustés en cours de route : les tamales d’Anna Maria (des petites papillotes de feuilles de maïs farcies de semoule de maïs et de poulet à la sauce mole), les enchiladas potosinas à San Luis Potosi (des tortillas pimentées farcies au fromage), une délicieuse omelette aux fleurs de courgettes, une tostada au marlin fumé, de l’excellente pieuvre sous plusieurs formes (en salade, marinée, grillée…) et un dessert décadent : une immense plaque de chocolat noir garnie de noix sablés, de poudre d’épices et de fruits confits.

Quelques curiosités : les tacos aux chapulines (des mini-sauterelles salées qui goûtent un peu les anchois), les huitlacolches (des curieux champignons poussant sur le maïs, leur goût rappelant le fromage bleu), des œufs de fourmis (ça ressemble à des tout-petits haricots blancs crémeux et ça ne goûte pas grand-chose), le pulque (une boisson fermentée un peu visqueuse à base d’agave, mais très rafraîchissante) et enfin, un gros fruit rouge vif au nom inconnu, un peu pâteux mais ultra-sucré, dont le goût ressemble à s’y méprendre celui de la patate douce.

mexique3

 

Bref, après cet épisode mexicain, je suis de retour au pays, pleine d’idées pour de nouvelles chroniques. À bientôt!

Julie la nutri

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire